La famille salésienne de la province France et Belgique-sud (FRB) s’est retrouvée à Lourdes du lundi 28 au jeudi 31 octobre 2019. Un rassemblement qui a lieu (presque) tous les quatre ans. L’avant dernier avait été organisé à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Don Bosco.

 Cette année, le thème était : "Éduquer à l’heure du numérique ". Une fidélité au charisme salésienne (éducation) et en même temps une ouverture aux réalités de cette époque, "ce que don Bosco voulait" ?

"650 personnes venues de tous les horizons pour se retrouver, prier, chanter, écouter, échanger, vivre et se ressourcer auprès de Marie. Projet réalisé ! Quelle fête ! Quel bonheur !" raconte un participant "enchanté" après ce beau moment vécu ensemble entre SDB, FMA, VDB, Salésiens Coopérateurs, ADB/ADBS, paroissiens, amis et sympathisants, professeurs et élèves des établissements….

Quatre jours dans la famille, "une connexion maximale avec tous les participants d’abord" invitait le P. Daniel Federspiel (provincial) dans son mot d’accueil. Des moments de rencontre et de partage qui furent vécus dans différentes activités. Le choix du lieu n’était pas dû à une curiosité de visiter Lourdes, mais de découvrir avec "Bernadette en Famille salésienne le message de Marie". En quelque sorte, ce rassemblement était aussi un "pèlerinage" dans ce sanctuaire de Lourdes très connu dans le monde où de nombreux pèlerins étaient déjà venus.

1ère Conférence : "L’éducation affective et sexuelle des jeunes à l’heure du numérique- Etat des lieux et repères éducatifs"

Une première intervention qui présentait la réalité du monde où nos enfants et nos jeunes vivent actuellement dans "le numérique" ou plus précisément dans les "réseaux sociaux". Cette conférence est présentée par M. Jean Matos, consultant et formateur en éthique médicale et en éducateur, relationnelle et sexuelle. Il travaille auprès de Mgr Pierre d’Ornella (archevêque de Rennes et président du groupe de travail de la Conférence des évêques de France sur la Bioéthique).

Dans une expérience, aussi vécue en tant que père de famille et spécialiste, M. Jean Matos, abordait sans tabou mais sans vulgarité non plus ce qui se passe dans le monde où le numérique prend une place importante dans la vie de nos jeunes et "il (l’internet) possède un effet démultiplicateur important en excluant davantage les parents non connectés". "Pour rejoindre les jeunes, il faut connaître ce à quoi ils sont confrontés" a-t-il introduit. Savoir et connaître (être au courant de ce qui se passe) nous permet de "dresser un état des lieux des pratiques et des modes adolescentes en matière de sexualité, sans alarmisme mais sans naïveté non plus".

Prier et se ressourcer près de Marie

Que faut-il faire alors ? C'est une des questions parmi tant d’autres qui lui fut posée.  Et surtout nous, fils de don Bosco qui sommes des éducateurs ? La réponse directe de M. Jean Matos à cette question est « se méfier des gens qui donnent des recettes : "il faut faire comme cela, il faut donner un smartphone à l’enfant à tel âge… et surtout encore pire en ce qui regarde la question d’éducation sexuelle".

Face à cette emprise du numérique dont nos adolescents sont parfois inconscients, M. Jean Matos, donne des "repères" (’il insistait sur le fait que ce ne sont que des repères mais que la première attitude doit être la compréhension de chaque situation éducative et surtout relationnelle avec nos jeunes : "inviter nos enfants à se reconnecter à eux-mêmes», leur rappeler qu’ils sont "corps et esprit". "Le corps est l’expression de la personne" une des valeurs que nous devons rappeler.

D’autre part , il n’a pas donné seulement des repères pour ce que nous, les éducateurs, devons faire face à nos jeunes, mais il s’adresse aussi à nous, "si les  parents veulent éduquer ces enfants dans un sain équilibre de la consommation du numérique, ce que nous devons faire en premier, c'est de travailler sur soi, s’informer, être à sa place (en tant que parent ou éducateur), plein de bon sens, être compréhensif, et surtout et  là il insistait fortement sur ce dernier point, -la quête du bonheur-". Les jeunes sont en quête du bonheur, alors c’est à nous de les conduire, de marcher avec eux.

 2ème conférence :"Éduquer à l’heure du numérique, mission impossible ?"

Une conférence avec M. Marc Vannesson, directeur général de Vers Le Haut (une plate-forme) "un laboratoire d’idées" dédié aux jeunes, aux familles et à l’éducation en général.

"Se former pour décrypter,..." - M. Marc Vanesson

Après une longue analyse des changements de notre époque, Marc Vannesson tire une conclusion de son intervention avec cette conviction qu’il nous a partagée (j’emprunte sa formulation) "je suis intimement persuadé que l’éducation, projet de la société valable pour tout le monde et mobilisateur pour l’ensemble de nos concitoyens, est la meilleure réponse possible aux principaux problèmes de notre pays en la remettant au cœur et en y étant plus attentif on peut retrouver une dynamique porteuse. L’éducation n’est pas une affaire de spécialistes. Tout le monde est concerné : décideurs publics, acteurs directs, parents et si nous devenions tous éducateurs?"

Et où est le numérique ? Marc Vannessons à la fin de son intervention donne "10 pistes pour agir dans nos communautés éducatives" : pas de complexe, se former pour décrypter, s’émerveiller, proposer mieux, une éducation intégrale, accepter le risque extérieur, apprendre à choisir, jeûner (une rupture momentanée aux connexions), et la dixième : l’exemplarité. (cf note personnelle)

Témoignage : Rencontre avec sœur Bernadette Moriau,

Le 11 février 2018, la guérison de sœur Bernadette Moriau est déclarée "inexplicable en l’état actuel des connaissances scientifiques". Elle est alors reconnue officiellement comme la 70ème miraculée de Lourdes.

Là, j’ai perçu une voix qui m’a dit : « Enlève tes appareils »-Sr Bernadette Moriau

Avec une simplicité, elle nous a raconté comment elle a vécu ces moments qu’elle a vécu pendant ces 40 années dans la maladie, et la souffrance où elle était même presque dépendante. Une autre histoire de son passage dans plusieurs laboratoires après la guérison "j’étais pendant 10 ans dans le silence, en attendant que les scientifiques et que l’Église reconnaissent ce miracle".

A la fin de son témoignage, Bernadette Moriau transmet un message "fort" "aucune vie, aussi cabossé soit-elle n’est vouée à l’échec ou à l’absurde. C’est justement dans les plis et les tôles froissés de nos parcours que Dieu peut faire des miracles »

Si vous souhaitez en connaitre plus sur cet événement, voici des liens que vous pourrez consulter:

"Ma vie est un miracle": l’expérience de soeur Bernadette Moriau guérie à Lourdes"

Sœur Bernadette Moriau, la "miraculée" de Lourdes, raconte sa guérison

Célébration

La rencontre de l’autre nous forme nous-même, tout en gardant notre propre identité"-Mgr Cristobal Lopez Roméro, sdb, archevêque de Rabat (Maroc)

Récemment créé cardinal par le Pape François, Mgr Cristobal Lopez Roméro, sdb, archevêque de Rabat (Maroc), est venu à Lourdes rencontrer ses confrères, ses amis, la famille salésienne. Outre la célébration de la messe en finale, il a présenté pendant une trentaine de minutes son parcours dans la vie salésienne, en Espagne, Bolivie, Maroc, Espagne, et maintenant comme archevêque de Rabat.

Ce qui m’a marqué disait-il "c’est la rencontre avec l’autre". Dans un monde en mouvement, de rencontres interculturelles, la rencontre de l’autre nous forme nous-même, tout en gardant notre propre identité » ainsi résume-t-il son message.

[Edition spéciale] Vendredi 22 mai 2020

La Conférence épiscopale de Madagascar a adressé un message pour le peuple malagasy, le jour de fête de l’Ascension du Christ. Voici le texte intégral, présenté par Son Excellence Monseigneur Jean Claude Randrianarisoa, Évêque du diocèse de Miarinarivo, Secrétaire général de la Conférence Épiscopale de Madagascar :

Lire la suite...

Quels salésiens?

À partir du 16 février au 04 avril 2020, la Congrégation salésienne tiendra le 28ème Chapitre général (CG 28), à Turin- Valdocco. Ce chapitre présente deux messages intéressants : le retour au Valdocco, la Maison Mère des Salésiens, après 62 ans, le dernier était le CG18 ainsi qu’un chapitre général qui tire son titre d'une question : "Quels salésiens pour les jeunes d'aujourd'hui ?

Lire la suite...

Animés par l'espérance

Le 29 décembre, le commentaire officiel du Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, sur l'Étrenne 2021 "Animés par l'espérance : "Voici, je fais toutes choses nouvelles" (Ap 21, 5) a été publié en cinq langues : italien, anglais, espagnol, portugais et français.

Lire la suite...