Veillez, car vous ne savez pas quand...

Dimanche 29 novembre 2020 — Premier dimanche de l'Avent — Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 33-37 — Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut.

Lire la suite...

27 octobre — Émeline était une sainte femme qui a rejoint l'ordre Cistercien à Boulancourt dans le diocèse de Troyes en Champagne. Elle y vécut au XIIe siècle. Ce monastère était très populaire à l'époque.

0 : 00

Elle était contemporaine de sainte Asceline et du bienheureux Gossuin qui relevaient de ce même monastère cistercien. Ce monastère est passé à l'ordre de Citeaux en 1147 à la demande de l'évêque de Troyes, Henry de Carinthie et quand les cisterciens sont arrivés, Émeline était déjà en activité comme sœur converse dans la grange de Perthes Sèches, près d'Yèvres-le-petit. Émeline ne fut jamais sœur cistercienne mais seulement converse vivant selon la règle cistercienne et bien plus : d'une très grande pénitence, elle ne mangeait que trois fois par semaine, allait pieds nus été comme hiver, portait le cilice, chantait des psaumes et priait toute la journée ; elle avait des dons de prophétie qui faisaient courir toute la région pour la consulter. Morte en 1178, elle fut inhumée sous l'autel du couvent des Dames, rattaché à l'abbaye de Boulancourt, et une flamme brillant constamment avait été disposée. Puis, quand la chapelle fut détruite, ses restes furent translatés, avec ceux de sainte Asceline et de saint Gossuin, dans l'église de Boulancourt. Il ne reste plus rien aujourd'hui de ces vestiges.

Source : Bienheureuse Émeline.