Cette fille d’Abraham, ne fallait-il pas la délivrer...

Lundi 26 octobre 2020 — 30e semiane du temps ordinaire — Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13, 10-17 — Ta parole, Seigneur, est vérité ; dans cette vérité, sanctifie-nous.

Lire la suite...

25 septembre — Saint Hermann ou Hermann de Reichenau ou encore, né le 18 juillet 1013 était le fils du comte Wolverad II von Altshausen, appartenant à une famille noble de Souabe, les comtes Altshausen.

0 : 00

Il souffrait depuis sa naissance d'une paralysie spastique générale, et pour cette raison n'apprit jamais à marcher et avait beaucoup de peine à parler d'une façon compréhensible et à lire ; ses infirmités lui valurent le surnom de "contractus". À l'âge de sept ans, en septembre 1020, il vint au monastère de Reichenau, sur le lac de Constance. C’est là qu’il prononça ses vœux monastiques, en 1043, et qu’il passa probablement toute sa vie, exerçant les fonctions d'écolâtre, or, comme sa volonté de fer surmontait tous les obstacles, il ne fallut pas longtemps pour que ses réalisations brillantes fissent de lui une lumière qui resplendissait dans les branches les plus diverses du savoir, comprenant, outre la théologie, les mathématiques, l'astronomie, la musique, le latin, le grec et les langues arabes ; les étudiants affluaient vers lui de partout, attirés non seulement par la renommée de son savoir, mais aussi par ses vertus monastiques et sa personnalité attachante.

C'est sans doute à lui qu'on doit la répartition des heures en minutes (probablement pour ses observations astronomiques). Il joua de son temps un rôle fondamental dans la transmission des connaissances mathématiques et astronomiques qui jusque-là venaient exclusivement des Arabes ; c'est ainsi qu'il inventa le terme astronomique "Almicantarat" pour désigner un cercle parallèle à l'horizon sur la sphère céleste. Il inventa un astrolabe, une machine à calculer, divers instruments de musique. Sur le plan artistique, il se distinguait comme compositeur et poète. Vers l'âge de 30 ans, il prononça ses vœux monastiques. Il mourut en 1054 et fut inhumé dans la tombe de famille à Altshausen.

Hermann a composé plusieurs chants à la Vierge Marie. On lui attribue en particulier l'Alma Redemptoris Mater et le Salve Regina. On lui devrait aussi le Veni Sancte Spiritus.

En historiographie, on lui doit "Chronique" (Chronicon). Cette chronique va de la naissance du Christ jusqu'à l'année 1054. Elle a été continuée par son élève Berthold de Reichenau jusqu'à l'an 1080. Ansi que "Vies des empereurs Conrad et Henri" (Gesta Chuoradi et Heinrici imperatorum). Il s'agit en fait de simples d'additions à la "Vie de Conrad". En musique et musicologie, retenons le "Traité sur la Musique" (De musica). Les "Séquences" : "Séquence de la Sainte Vierge" (Sequentia de beata Maria virgine) ; "Grates honos hierarchia" ; "Rex regum Dei Agne" ; "Benedictio trinae unitati" ; "Exurgat totus almiphonus". Et les célébrissimes antiennes Alma Redemptoris Mater et Salve Regina lui sont souvent attribuées. De même qu'en astrnomie et en mathématiques, ses œuvres sont aussi florissantes : "Traité du mois lunaire" (De mense lunari, où la durée de ce mois est évaluée à 29 jours, 12 heures et 29 minutes). "De la composition des horloges" (De horlogiorum compositione) : il n'en subsiste qu'un fragment. "Règles pour le calcul chronologique" (Regulae in computum).

On disait de lui qu'il était "la merveille du siècle", tandis que lui prétendait : "Je suis le rebut des pauvres du Christ qui marche à la traîne des philosophes, plus lent d'esprit qu'un ânon".

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hermann Contract de Wikipédia en français (auteurs)