Jésus guérit les infirmes et multiplie les pains

Mercredi 02 décembre 2020 — Première semaine de l'Avent — Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 15, 29-37 — Il viendra, le Seigneur, pour sauver son peuple. Heureux ceux qui sont prêts à partir à sa rencontre !

Lire la suite...

Lundi 05 octobre 2020 — 27e semaine du temps ordinaire — Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10, 25-37 — Je vous donne un commandement nouveau, dit le Seigneur : "Aimez-vous les uns les autres,
comme je vous ai aimés".

0 : 00

C'est un docteur de la Loi qui pose la question à Jésus. La Parole de Dieu dit que son intention est de mettre Jésus à l'épreuve parce qu'un scribe est censé maîtriser les Écritures. Autrement dit, la raison de la question ne vient pas d'une soif de savoir mais du désir de piéger. Donc, cela nous apprend déjà à nous garder de cette attitude : l'intention voilée d'appâter. Soyons francs, sans arrière-pensée, dans nos conversations. Et il est d'autant plus pressant de se monter simple dans notre relation avec Dieu : gardons-nous de tenter Dieu ou de le tester, comme de dire : "si tu es vraiment Dieu, fais-moi très riche ; si vraiment tu existes, pourquoi souffrons-nous autant ?" Cela peut s'être produit pendant la pandémie de la Covid-19 : "Mais où est le Seigneur ? Quelle prière n'a pas encore été dite ?" Cela ne se fait as, ce qui est exigé de nous, c'est d'avoir le cœur d'enfant, le considérant comme Père. Nous sommes ses enfants, Il sait ce qui est bien pour nous.

C'est dans sa conversation avec ce scribe que Jésus a profité de l'occasion pour faire deux enseignements. Premièrement, nous devons aimer Dieu de tout notre cœur si nous voulons gagner la vie éternelle ; c'est-à-dire, non pas partiellement ni par obligation, mais de tout notre cœur. Le deuxième que l'on ne peut négliger est la nécessité d'avoir un cœur compatissant afin d'obtenir la vie éternelle. Combien d'enfants sont actuellement contraints d'abandonner l'école ? La question qui nous est posée est la suivante : y a-t-il des hommes qui leur seraient généreux et compatissants ?

Bref, c'est un sacrilège de mettre Dieu à l'épreuve quoi qu'il arrive dans la vie. Il en est même, il est indécent de tenter ses prochains. Deuxièmement, il est nécessaire d'avoir un cœur qui bat pour Dieu et pour le prochain. Un cœur indifférent est un fléau pire que la mort.